Exclusif – Sound and Picture
AQ en Irak a cherché depuis ses origines à se procurer et à développer des armes chimiques et des armes toxiques afin de modifier le rapport de force sur le terrain.

Leur ancien chef, Abu Moussab Al Zarqaoui y portait une attention particulière. Il a confié cette mission sensible à Abu Mohamed al Loubnani et à l’ingénieur irakien Amar Al Ani qui travaillait dans les laboratoires du régime de Saddam Hussein. Il a commencé par des laboratoires de fortunes dans les fermes de Tarmiya et Alborkibh mais ces expériences n’ont pas été concluantes du fait du manque de produit brut. Les tentatives d’attaques terroristes à Duluiya, Abou Graib et Saqlawiyah ont également été des échecs. Le chlore utilisé n’a pas eu les résultats attendus du fait de la lourdeur de ce gaz. AQ espérait une diffusion beaucoup plus large du gaz.

Aprés la mort de ces ingénieurs, c’est Abu Ghazwan Al Hayali qui a pris la suite. Il était en charge de l’entraînement des autres ingénieurs. Il était uns des spécialistes du ministère de la défense sous Saddam. Ali Hassan Al Majid a été tué dans un raid mené pas les forces américaines en 2008 à Tarmiya. Le laboratoire et les substances ont été détruites.

La mort d’Al Hayali a conduit à un gel des activitées  de la branche chimique d’AQ jusqu’à ce que l’EI prenne le relais quand ils sont apparus à là mi 2014 et contrôlent la province de Salahudin et s’empare de l’institut de AL Muthana.

Au moment de la prise de différentes régions d’Irak par l’EI, le programme chimique à été remis sur pied par Abu Saad Al Masri, un ingénieur en physique nucléaire. Ce dernier n’a pas pu faire grand chose, il a été visé par un raid de la coalition au sud de Tall Afar. Son poste A été confié à son adjoint Abu Malek Al Iraqi de son vrai nom Mahmoud Sabawi, officier irakien qui a rejoint AQ en 2005.

Sabawih, c’est tout de suite mis à la tâche. Il a rassemblé les matières premières que le groupe a saisi lors de la prise de Raqa et de Deir E Zor. Différentes expériences couronnées de succés ont été conduites en Irak et en Syrie. C’est le début de la production et de l’utilisation militaire des armes chimiques. Sabawih a été tué dans un raid de la coalition au sud de Mossoul. En janvier 2015. Remplacé à son tour par Salman Daoud Afri, ce dernier n’a pas pu travailler longtemps, il a été arrêté par un raid de forces spéciales en février à Badush, une région au nord de Mossoul.

Al Afri a admis que l’EI possédait  des armes chimiques  qu’ils avaient récupéré sur l’aeéroport de Tabqa et dans les stations de Alkram, Alkbar à Deir E Zor. Ces armes ont été utilisées à Tel Seine non loin du barrage de Mossoul. Et proche de Kassak au mois de janvier 2015. Le chlore a été utilisé dans les zones de Tuzkhormato en Irak et en Syrie pendant les batailles de Kobane et Marea contre l’ASL.

Il a été également révélé que l’EI avait tenté de récupérer des matières premières chimiques enterrées par les Nations Unies dans les environs de Tikrit, proche du palais présidentiel et du village d’Alalam. Mais ils n’ont pas réussi du fait de la présence de ciment sur le site.

Les cas d’attaques à l’arme chimiques n’ont pas cessé avec l’arrestation d’Al Afri. Le dossier a alors été confié à Abu Shaima, uns de ses assistants. Certaines informations laissent penser qu’il est irakien et qu’il était docteur à l’université sous Saddam Hussein. Il a décidé de déplacer toutes les expériences et les matières premières dans des zones peuplées afin d’éviter les bombardements.

Les correspondants de sound And Picture à Mossoul ont recueilli des témoignages d’habitants qui font état de de fortes odeurs dans le quartier agricole de Mossoul. Il semble que de nombreuses maladies de peaux et respiratoires ont été également enregistrées aprés la prise du quartier par l’EI. Ils rapportent aussi que de nombreuses carcasses de chiens et de lapins morts ont été vues. Des sources au sein de l’EI nous ont confirmé ces fait, l’organisation ne disposant pas d’autres moyens pour tester ses armes.

Cela n’a pas été uniquement confiné au quartier agricole. Il y en avait également dans les quartiers d’Almohandseen et Alba ath. Quartiers cossus qui comprennent des maisons individuelles confisquées au chrétiens. Elles ont depuis été redistribuées aux membres de l’EI.

Toujours dans le quartier d’Almodhseen, au moins 7 pickup ont été vus rentrant dans une maison sans aucun signe distinctifs. Dans là quartier d’Al ba ath, se sont 3 pitck up qui ont été vus.

Les expériences ne sont pas limités aux chiens et aux lapins. Des informations de nos correspondants, font état d’une prison secrète dans le quartier d’Al Andalus où des expériences ont été conduites sur des prisonniers ont été conduites. Il y a eu au même moment un reprise des maladies respiratoires pour les enfants de ce quartier. Ce qui a conduit les résidents à fuir par peur des maladies mais aussi par crainte des bombardements de la coalition.

Il faut noter que sur  tous les laboratoires d’armes chimiques à Mossoul, au moins 3 ont été détruit par la coalition en mars 2016 (laboratoire de l’université de Mossoul,laboratoire de Talla Afar et celui de Qayyarah). Il reste certainement des laboratoires qui n’ont pas été détruits dans les zones contrôlées par l’EI en Irak et en Syrie.

Dans ce contexte et selon nos informations, le décompte des victimes des armes chimiques à Mossoul et dans les zones kurdes, imputables à l’EI, s’élèvent à 67. 8 dans la zone de Tuzkhormo en rajoutant 148 cas en Irak et 83 en Syrie.

Toutes ces informations montrent que que le rêve de Zarkaoui s’est réalisé sous la direction de Baghadadi. Il s’agit de faire de l’EI une puissance chimique locale comme internationale.

 

received_498152507047244

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.