Des dizaines de civils ont été tués ces derniers jours à Raqqa en Syrie, dans les bombardements de la coalition internationale. Celle-ci tente de reprendre la ville aux jihadistes du groupe Etat islamique, en appuyant les Forces démocratiques syriennes (arabo-kurdes) qui progressent au sol. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) parle de 170 civils tués ces huit derniers jours. Sur la seule journée de lundi (21 août) 42 civils dont 19 enfants et 12 femmes auraient péri. Depuis le début de ces bombardements en Syrie et en Irak en 2014, la coalition internationale n’a reconnu que 624 victimes civiles.

Originaire de Deir Ezzor en Syrie, Mohammad Khdehr vit en Allemagne depuis 2015. Il travaille pour l’ONG Sound and Picture qui collecte et recoupe les informations transmises par son réseau de correspondants sur le terrain. Joint par RFI, le Syrien en exil comptabilise les victimes et confirme que les frappes de la coalition sont de plus en plus meurtrières. « Rien que la semaine dernière, 125 civils ont été tués par des frappes aériennes de la coalition à Raqqa, c’est un chiffre énorme », explique Mohammad Khdehr qui égrène les raids et leurs bilans, quartier par quartier, immeuble par immeuble.

« A Raqqa, les gens ont le sentiment que tout le monde veut leur mort… ils ont l’impression de n’être qu’un dégât collatéral, ajoute-t-il, parce que la coalition les tue, le groupe Etat islamique les tue, les Forces démocratiques syriennes les tuent. Tout le monde veut contrôler la ville, peu importe combien de civils meurent. C’est vrai qu’au début des opérations les civils avaient l’espoir de voir leur ville libérée par la coalition. Mais quand ils ont vu que la coalition tuait beaucoup de gens, cet espoir a totalement disparu. »

624 victimes reconnues par la coalition

La coalition assure qu’elle prend toutes les précautions pour éviter de toucher les civils. Elle affirme enquêter sur les conséquences de ses frappes. Pour sa part, le secrétaire américain à la Défense James Mattis, en visite en Irak, s’en est pris, en allusion à l’EI, à « un ennemi qui se cache derrière les femmes et les enfants et force des innocents à rester sur des lieux qu’il transforme en champ de bataille ».

Depuis le début de ses opérations en Irak et en Syrie il y a tout juste trois ans, la coalition n’a reconnu que 624 victimes civiles. « Ca n’est pas vrai, le chiffre est bien plus élevé que cela!», assure Mohammad Khdedhr de l’ONG Sound and Picture. « En fait, depuis le début de l’opération, la coalition et les Forces démocratiques syriennes ont fait plus de victimes civiles que le groupe Etat islamique », déplore le Syrien en exil.

RFI

About The Author

Sound and Picture organization:
We are a group of Syrian human rights activists.
We noticed the lack of bodies which document abuses against civilians inside Syria, therefore we decided to establish this project, it is specialized to document the violations which have committed by all sides in the ongoing conflict in Syria against civilians in a professional way.
The organization is documenting all kinds of violations, and working on the accounting for the groups which committed these violations by the international community.
The organization is completely independent, and does not follow any political or military bodies, whether inside or outside Syria.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.